Acoustique : améliorez le confort de votre habitation

Pour votre confort personnel ou pour préserver les relations de bon voisinage, procéder à l’optimisation de l’isolation acoustique de votre habitation exige méthode et méticulosité. Le confort acoustique peut être obtenu par l’abaissement de la transmission sonore au travers des parois, des fenêtres et des portes.

Sommaire

Luttez contre les bruits venus de l’extérieur
Décryptez les normes
Choisir le vitrage
Le survitrage : une solution bon marché
Les bruits de l’intérieur
Améliorer l’insonorisation
Des mousses isolantes
Traiter les sols

Luttez contre les bruits venus de l’extérieur

Ce sont pour l’essentiel, des bruits aériens (transmis par l’air). Le plus grand passage se fait par les fenêtres.

Des fenêtres acoustiques (à double vitrage séparé par une lame d’air) performantes en assurent une diminution sensible. Les performances sont meilleures quand les vitres sont d’épaisseurs différentes.

Décryptez les normes

Pour connaître les performances d’une fenêtre acoustique, le mieux est de se référer au classement Cekal AR ou Acotherm. Les coffres de volets roulants sont des passages privilégiés du bruit (comme du froid) et leur aménagement est indispensable. Quand c’est possible, la pose d’une fenêtre intérieure qui double l’ancienne est très efficace.

Choisir le vitrage

On distingue plusieurs types de vitrages pour les fenêtres et tous n’isolent pas des nuisances sonores de la même façon.

Le double vitrage classique (4-6-4 ou 4-12-4) apporte une isolation plus thermique qu’acoustique, tandis que le double vitrage asymétrique (type 10-6-4) est plus efficace, l’isolement acoustique atteignant environ 35 dB. Enfin, le vitrage à isolation renforcée (VIR) est encore plus performant : 40 dB.

Le survitrage : une solution bon marché

Si vous n’envisagez pas de changer vos fenêtres, vérifiez déjà si elles sont réellement jointives, posez éventuellement un survitrage. Ce dispositif simple puisqu’il consiste à applique un vitrage sur un cadre existant est une solution d’appoint, souvent temporaire. Son coût est modique mais son efficacité contestable.

Les bruits de l’intérieur

Les bruits intérieurs sont aériens et solidiens (transmis par les matériaux des parois). Ils passent par les portes et au travers des cloisons.

Pour les portes, voyez si vous ne pouvez pas calfeutrer entre ouvrant et dormant. Éventuellement, choisissez des portes pleines (remplies d’un matériau résilient) pour remplacer les portes creuses.

Améliorer l’insonorisation

Pour vos cloisons, il existe plusieurs solutions : complexe de doublage, montage d’une double cloison sur ossature métallique ou maçonnée venant couvrir une épaisseur d’isolant acoustique.

Les faux-plafonds ou plafonds suspendus, comblés d’isolant, sont efficaces contre les bruits aériens.

Des mousses isolantes

L’application de mousses isolantes sur les cloisons ou les plafonds peut contribuer efficacement à lutter contre les pollutions sonores au sein de l’habitation. Ces mousses se collent ou s’agrafent et leur mise en place est aisée.

Attention toutefois, évitez les produits d’entrée de gamme non ignifugés. Ces produits très inflammables peuvent présenter un risque s’ils ne sont pas appliqués dans de bonnes conditions.

Traiter les sols

Le traitement le plus complexe concerne les bruits dus au choc, en particulier sur les sols. Dans les pièces à vivre, les dalles souples et sols posés sur des couches résilientes ou des parquets sur lambourdes flottantes peuvent atténuer les bruits. Dans les pièces d’eau, le traitement doit se faire avant pose du carrelage.

Lorsque vous remplacez un sol souple (moquette, dalles PVC) par un sol plus dur (un carrelage par exemple), vous devez vous assurez que les bruits produits ne sont pas d’un niveau plus élevé qu’avec le revêtement précédent. Vous vous éviterez des déconvenues au cas où un voisin exigeait la remise en état initial suite à une nuisance constatée par les tribunaux.

Il faut ensuite garder à l’esprit que le bruit émanant des canalisations d’eau (on lutte contre les coups de bélier en posant des vases d’expansion), le remplissage des chasses d’eau (en fonction du débit), les installations de ventilations mal réglées, etc., constituent des nuisances majeures.

Mais attention, l’acoustique est une science complexe et d’autres phénomènes entrent en compte, qui sont du ressort psychologique. Le bruit que font les voisins peut devenir totalement insupportable du jour au lendemain parce qu’une excellente isolation aux bruits extérieurs a été réalisée.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

chat with qualiboo

FERMER
12:28
Bonjour, je suis QualiBOT, votre assistant virtuel sur le site. Posez moi votre question, ci-dessous: