Choisir sa fenêtre de toit

Aménagement de combles ou simplement volonté d’apporter de la luminosité dans une pièce sous rampants, la fenêtre de toit prend place au cœur même de la charpente. De nombreuses variables doivent être prises en considération pour définir la nature, la taille et type de fenêtre avec un impératif majeur : ne pas compromettre l’étanchéité de la toiture.

Sommaire

Des précautions indispensables
Des critères techniques à observer
La taille de l’ouvrant
Les modes d’ouvertures
Performances thermiques et acoustiques
Des fenêtres de toit motorisées
Le cadre légal

Des précautions indispensables

Meilleure efficacité en termes de lumière, d’isolation thermique et acoustique, voire de praticité, le choix et l’installation d’une fenêtre de toit doivent obéir à certaines règles.

Toute intervention physique sur la toiture d’une habitation est sensible car la moindre erreur ou imprudence se traduit sans délai par des infiltrations dont les conséquences peuvent s’avérer fâcheuses. L’eau n’est pas le seul problème, la fenêtre de toit ne doit pas non plus compromettre l’isolation thermique de l’opération.

Les risque de malfaçons sont nombreux et la pose par un professionnel s’impose très clairement. Ce dernier devra par ailleurs effectuer une étude de faisabilité selon la nature de la toiture et de la charpente.

Des critères techniques à observer

Pour ne présenter aucun risque lié à l’étanchéité, la toiture de l’habitation doit présenter une pente minimale de 15%. En revanche, on peut tout à fait poser une fenêtre de toit sur une pente de 90% (toiture à la Mansart par exemple).

Dans tous les cas la fenêtre de toit, comme toute fenêtre, doit être posée à au moins 1 m du sol, sans appui précaire, c’est à dire solidaire de la structure.

La taille de l’ouvrant

Vous choisirez la taille de votre ou de vos fenêtre(s) de toit en fonction de la taille de la pièce car la surface d’éclairement dépend de la surface à éclairer. Plus la pièce est petite et plus le rapport est grand.

Pour de petites superficies, la surface de vitrage représente près de 20% de la surface de la pièce, mais pour les pièces plus grandes on peut descendre à 12%. Une moyenne de 15% peut servir de référence. Mais il existe de nombreuses configurations et, en fonction de l’orientation de la toiture, de la forme de la pièce et de sa destination, il peut être intéressant de prévoir de plus grandes surfaces.

Les modes d’ouvertures

Il existe au moins trois modes d’ouverture principaux pour les fenêtres de toit, à choisir selon la pente et la place disponible sous la toiture.

Dans le cas de l’ouverture par projection, tout l’ouvrant se lève et assure une vue parfaitement dégagée. En se levant, la fenêtre ne prend pas de place dans la pièce et l’ouverture à 180° est possible pour un nettoyage de la vitre. Elle est particulièrement conseillée pour les toitures à pente faible. Sachez que cette option de fenêtre de toit est aussi motorisable.

L’ouverture par rotation, dans laquelle la fenêtre s’ouvre en pivotant autour d’un axe horizontal plus ou moins décalé par rapport à l’axe de symétrie, rend le nettoyage de la vitre encore plus facile. Mais, en raison de la place prise sur l’intérieur de la pièce, ce type de fenêtre nécessite un minimum de hauteur. L’ouverture par rotation est aussi très facile à motoriser.

Enfin, l’ouverture latérale correspond au système d’ouverture d’une fenêtre classique. On ouvre la fenêtre en poussant le battant sur le côté. C’est le système le plus adapté pour continuer, si besoin, à accéder au toit.

Mais les constructeurs offrent désormais de nombreuses autres possibilités d’ouverture et ils proposent par exemple des fenêtres ouvrant partiellement où le clair de jour est beaucoup plus important que l’ouvrant : on peut ainsi combiner une partie fixe et une fenêtre à rotation surélevée.

Performances thermiques et acoustiques

Les fenêtres de toit présentent exactement les mêmes caractéristiques que les autres fenêtres. Ce sont des composants de construction complexes qui font appel à des technicités de plus en plus élaborées.

Elles sont fabriquées dans les mêmes matériaux que les autres fenêtres et il est possible de les adapter à des environnements urbains spécifiques (quartiers historiques). Seules ou associées, elles permettent éventuellement de constituer de très grandes baies vitrées et leur association avec des fenêtres verticales peut prolonger l’ouverture de la façade sur la toiture.

Elles sont désormais équipées des mêmes vitrages que les autres baies. Il est d’ailleurs indispensable d’être vigilant sur la qualité de leur vitrage car l’été le soleil frappe plus encore la toiture que le reste de la maison apportant conjointement chaleur et lumière vive. Aussi est-il prudent d’investir dans une protection solaire supplémentaire qui, associée à des vitrages teintés, vous assurera une pièce toujours confortable à prendre en compte.

Des fenêtres de toit motorisées

Comme toutes les baies, les fenêtres de toit sont aussi proposées dans des versions motorisables.

Lorsque cette motorisation est couplée à une installation domotique, la fermeture ou l’ouverture sont programmables lorsque le soleil est trop fort ou par temps de pluie ! Le choix de la fenêtre de toit est facilité par les labels qui caractérisent ces produits. Classement AEV (Eau, Air, Vent), certification NF, labellisation Promotelec pour les commandes automatiques, constituent autant de références.

À savoir : recourir à l’énergie solaire pour la motorisation. Opter pour des ouvrants motorisés ou dotés de stores motorisés, implique en théorie un raccordement électrique. Dans certains cas, l’adduction d’électricité sous les toits peut poser des problèmes et l’intervention d’un électricien. C’est la raison pour laquelle les fabricants de fenêtres de toit ont développé des gammes dotées de capteurs photovoltaïques qui permettent l’alimentation électrique autonome des ouvrants. Le surcoût n’est pas négligeable mais il est à mettre en perspective avec la modification du réseau électrique de l’habitation.

Le cadre légal

Sauf cas particulier (situation en zone réglementée ou protégée, augmentation de la surface d’habitation de plus de 20 m²…) ou si une nouvelle ouverture doit donner lieu à une demande de permis de construire, le changement d’une fenêtre de toit ne nécessite qu’une simple déclaration de travaux en mairie.

Néanmoins, la pose doit obéir aux exigences des règles d’urbanisme et respecter les distances minimales vis-à-vis des voisins : 1,90 m en vis-à-vis frontale, 0,60 cm en vis-à-vis latéral.

Certaines réglementations locales peuvent compliquer la donner, il faut donc se renseigner préalablement auprès de l’urbanisme de votre commune de résidence.

À savoir : en fonction des cas, le remplacement d’une fenêtre de toit par une nouvelle plus performante d’un point de vue énergétique peut ouvrir droit à des avantages fiscaux.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

chat with qualiboo

FERMER
12:28
Bonjour, je suis QualiBOT, votre assistant virtuel sur le site. Posez moi votre question, ci-dessous: